Séjour inédit pour Getaria

 Lors d'un des trois spectacles en Transylvanie.


Lors d'un des trois spectacles en Transylvanie. (Photo DR)

Getaria, le groupe de danse basque traditionnelle, vient de présenter à ses partenaires et aux familles un diaporama de leur séjour en Transylvanie, en août dernier, dans le cadre du projet culturel européen « La danse comme langage commun ».

Ce premier échange culturel est né d'une rencontre amicale, lors du festival Ezpalak à Pampelune en mai 2011, avec le groupe de danse traditionnelle hongroise de Transylvanie, Pipacsok. Le projet, sous la direction de la chorégraphe Pascale Lascano, s'articule autour de la création d'un spectacle commun de danses traditionnelles mêlant des interprétations théâtrales sur le thème de la rencontre de l'autre, intitulé « Je te vois ». Son objectif : favoriser la connaissance réciproque et renforcer la tolérance tout en travaillant sur un thème commun, la danse.

Programme dense

C'est ainsi que les trente jeunes danseurs de Getaria, âgés de 15 à 28 ans, sont partis la première quinzaine d'août à Cristuru Secuiesc en Roumanie rencontrer les jeunes danseurs du groupe Pipacsok. Le programme du séjour était dense racontent la présidente de Getaria, Françoise Etchave et la trésorière, Maritxu Molares avec cours, répétitions, ateliers de danse en commun, trois spectacles des deux groupes dans différents villages, visites culturelles comme des ateliers d'artisanat, une journée chez un agriculteur, l'exposition sur la culture du Pays basque…

« Ce voyage fut riche de découvertes humaines avec un dénominateur commun l'attachement à nos identités, à nos cultures et à nos danses traditionnelles », ajoutent-elles. La danse comme langage commun, universel fut le vecteur principal de la communication entre les danseurs.

Une expérience inédite pour le groupe Getaria que ce projet d'échange européen. Une réalisation qui a pu se faire grâce aux financements du Programme jeunesse en action de la commission européenne, de la municipalité de Guéthary et de l'Institut culturel basque principalement. Aujourd'hui, Getaria prépare le séjour de Pipacsok dont le nom en hongrois veut dire « Coquelicot » prévu, en mai prochain, à Guéthary qui sera ainsi le prolongement de ce premier échange.

Par Ghislaine Castillon